Le militant politique

Les fonds bibliographiques et documentaires de Gérard Simon témoignent d’une dimension de sa vie académique et politique qui n’est pas évidente à saisir dans ses principales œuvres, mais qui se révèle essentielle pour comprendre la portée pragmatique et l’originalité de son épistémologie. Ses contributions philosophiques sont en accord avec l’engagement soutenu dont il a fait preuve pour la réorganisation disciplinaire et institutionnelle des facultés de l’Université de Lille autour des événements de 1968. Reste aussi à connaître sa relation avec le marxisme qui, apparemment étranger au cadre théorique de sa recherche, fut un élément capital de sa formation, de son enseignement et de sa réflexion.