Accueil

 Depuis 2009, le CAPHÉS conserve la bibliothèque et les archives personnelles de Gérard Simon. Dans le prolongement de la journée d'études organisée en octobre 2015 par le CAPHÉS et l'UMR 8163 Savoirs, Textes, Langages (Université de Lille), ce site propose de valoriser le fonds Gérard Simon en rassemblant sur un espace dédié toutes les ressources permettant de comprendre l'oeuvre de Gérard Simon. Vous trouverez, en parcourant les collections, la liste de ses publications, articles ou livres, toutes conservées dans sa bibliothèque, avec, pour certaines d'entre elles, un extrait numérisé des premières pages ; l'inventaire ainsi que quelques pièces numérisées représentatives du fonds d'archives ; enfin des ressources sur Gérard Simon, telles que les vidéos des conférences données lors de la journée d'études d'octobre 2015 intitulée "Gérard Simon, le philosophe et l'historien", ou le texte de présentation d'Esteban Sánchez Oeconomo, étudiant en Master à l'EHESS. Celui-ci constitue une première approche claire et synthétique du fonds Gérard Simon : vous le retrouverez réparti ci-dessous et dans les différentes pages accessibles via la barre de navigation.

Gérard Simon (1931-2009)

L’œuvre de Gérard Simon est celle d’un historien et philosophe des sciences tout à fait remarquable. En premier lieu, l’originalité et la singularité de sa réflexion est révélatrice d’une manière de penser l’histoire et les sciences en France dans la deuxième moitié du XXe siècle ; en second lieu, son parcours académique est lié à son engagement politique, puisque, tout en suivant une carrière scientifique d’excellence, il fut activement engagé dans la réforme universitaire lilloise, notamment au moment de mai 1968 (par-delà d’autres engagements comme la décolonisation, la construction européenne, la lutte contre le capitalisme ou la condition ouvrière). Sa pensée et ses actes témoignent d’une posture philosophique, éthique et politique particulière sur les sciences et les sciences humaines ainsi que sur l’institution universitaire.

Gérard Simon fut un historien de l’astronomie et de l’optique de l’Antiquité à l’âge classique, un philosophe cultivant une réflexivité épistémologique perçante et un chercheur avec un profond souci anthropologique qui pratiquait une démarche inspirée de l’ethnographie structuraliste, mais aussi un militant communiste actif. Tel est l’horizon dans lequel il développa, pendant plus de quatre décennies, une œuvre importante pour l’histoire des sciences.
Formé à l’École normale supérieure, agrégé de philosophie et membre de l’Académie internationale d’histoire des sciences, il fut l’un des membres fondateurs à Lille-3 du Centre de recherche sur l’analyse et la théorie des savoirs, composante de l’Unité mixte de recherche « Savoirs, textes et langage » (CNRS, Lille-3 et Lille-1).

Spécialiste de Johannes Kepler, il soutint une thèse d’État en 1976 à Paris IV, intitulée Structures de pensée et objets de savoir chez Kepler. Elle fut publiée en 1979 chez Gallimard dans la collection « Bibliothèque des sciences humaines » sous le titre Kepler, astronome astrologue, ouvrage lauréat du prix Broquette-Gonin de l’Académie française. C’est avec ce travail qu’il mit en place puis développa une approche théorique apportant des éléments inédits à l’étude de l’astronomie moderne, prônant pour l’essentiel une valorisation des aspects non scientifiques considérés comme absolument nécessaires dans le processus historique du développement scientifique : Kepler réalisa son œuvre dans et grâce à un cadre théorique métaphysique qui lui donnait sa cohérence et son sens.

Esteban Sánchez Oeconomo